Article de M. Yves Reboul, professeur d’Université, à propos d’I.N.R.I., roman de Cladel annoté par Luce Czyba

Voici un article de M. Yves Reboul (alors professeur à l’Université de Toulouse-le-Mirail), paru en 1998 dans Littératures, à propos d’une première édition intégrale d’I.N.R.I. (1997) grâce au travail de Luce Czyba, ce très beau livre de Léon Cladel se déroulant durant la Commune de Paris (1871). Vous pouvez consulter ce commentaire sur le site de Persée en cliquant sur https://www.persee.fr/doc/litts_0563-9751_1998_num_39_1_1785_t1_0227_0000_2

ou bien le lire en format PDF sur le lien suivant :

http://leoncladel.fr/wp-content/uploads/2019/11/Léon-Cladel-I.N.R.I.-commentaire-dYves-Reboul-sur-le-livre-de-Luce-Czyba.pdf

L’autodérision de Cladel

Au sujet de l’écriture cladélienne, nous avons noté un certain nombre de reproches formulés à l’encontre de l’auteur du Bouscassié (voir les divers articles à ce sujet). Lui-même en avait conscience à tel point que dans le dernier roman qu’il a écrit, roman publié post-mortem, intitulé Juive-errante, on peut lire, dès la première page, cette phrase où la narratrice s’apprête à raconter une histoire à sa petite-fille :

 » Elle est écrite, cette histoire que tu m’avais si souvent en vain priée de te raconter et j’espère que tu la liras de la première à la dernière ligne sans aucun ennui, non pas que le style en soit ébouriffant, car, moi, très chère, et je m’en estime fort heureuse, je m’exprime sans effort, aussi simplement que possible et n’entends rien d’ailleurs aux phrases entrelacées de chardons et de rocailles que nombre de plumigères[1] composent avec tant de peine sous prétexte de fonder une langue n’ayant rien de commun avec le français et tellement obscure qu’ils n’y voient goutte ou pas grand’chose eux-mêmes. »


[1] plumigère, adj., fam. « Qui tient une plume, qui écrit » (XIXe siècle) Du latin pluma (« plume ») et gero (« porter »). Mot forgé par Honoré de Balzac. Notons que le mot latin pluma ne désigne pas la plume pour écrire, et que le verbe gero peut au mieux signifier « porter dans la main » mais pas « tenir entre ses doigts ». → https://fr.wiktionary.org/wiki/plumig%C3%A8re


Critique de Zola sur Cladel

Emile Zola appréciait Léon Cladel en tant qu’homme, moins son écriture. Leurs discussions étaient vives sur le sujet. Dans un chapitre consacré aux romanciers contemporains, extrait de son ouvrage Les romanciers naturalistes, paru en 1881, Zola réaffirme ce qu’il pense du « rhétoricien », de « l’arrangeur de mots », davantage préoccupé par le style que par la peinture des personnages.

Pour découvrir cet article, cliquez sur le lien suivant :

http://leoncladel.fr/wp-content/uploads/2019/11/Critique-de-Zola-sur-Cladel.pdf

Bonne lecture. F M

Un rural écarlate, par Jules Barbey d’Aurevilly

Dans le Figaro du 4 mai 1872, Jules Barbey d’Aurevilly, surnommé « le connétable des Lettres » par Léon Bloy, écrivain marquant du 19e siècle (voir l’article qui lui est consacré dans Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Barbey_d%27Aurevilly), accorde un long article à Léon Cladel à la suite de la parution de La fête votive de Saint-Bartholomée Porte-Glaive. La critique élogieuse de Barbey envers Cladel a de quoi surprendre quand on connaît ses opinions, politiques et religieuses, pour le moins éloignées de l’auteur du Bouscassié. Il s’en explique tout au long de l’article.

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant : 

http://leoncladel.fr/wp-content/uploads/2019/11/Barbey-dAurevilly-parle-de-Cladel-un-rural-écarlate.pdf

Bonne lecture. F M

A propos de l’écriture de Cladel et sa vision du paysan du Quercy, par Paul Fontanié

Voici un extrait du recueil de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts du Tarn-et-Garonne consacré, dans la catégorie « Concours de prose », au Sentiment de la nature chez les écrivains du Rouergue et du Quercy. Pour avoir effectué une étude sur Cladel dans ses romans et nouvelles se déroulant dans le Quercy, Paul Fontanié, avocat toulousain, avait remporté la médaille d’argent décernée par ladite académie.

Pour consulter cet article, cliquez sur le lien suivant :

http://leoncladel.fr/wp-content/uploads/2019/11/Recueil-de-l’Académie-des-sciences-belles-lettres-et-arts-du-Tarn-et-Garonne-1892.pdf

Bonne lecture. F M